Festival de Cannes Le cinquantenaire de l'annulation



Cette semaine, c'est la 71e édition du Festival de Cannes, un des festivals de cinéma le plus médiatisé, le plus people, et le plus gros marché de films au monde.

Je ne vais pas faire, comme d'habitude, un article sur la création et le déroulé de cette manifestation. D'autres le feront, et sans doute mieux que moi.

Aujourd'hui, je voudrais revenir à la seule année où le festival n'eut pas lieu, c'est à dire en 1968 (dont cette édition marque le 50e anniversaire).

Cette édition avait débuté le 10 mai 1968, et s'est terminé prématurément le 19, au lieu du 24 mai. Plusieurs causes ont amenées la fermeture anticipée du festival.



La première est l'affaire Langlois, qui s'était terminée un mois plus tôt, mais était encore dans les mémoires (le ministre de la culture de l'époque, André Malraux, démet Langlois de ses fonction de directeur administratif de la Cinémathèque, tout en lui laissant la direction artistique. On reproche à Langlois son peu d'investissement dans l'administration, la gestion de la Cinémathèque, ainsi que son laxisme dans la conservation des films, dont beaucoup sont bloqués dans des endroits inaccessibles aux techniciens et aux chercheurs). Beaucoup de personnalités du cinéma se mobilisent, dont Jean-Luc Godard, François Truffaut, Jean Marais, Alain Resnais, Chalie Chaplin, Stanley Kubrick, Orson Welles...