Un acteur pour plusieurs rôles


Cette semaine sort Cloud Atlas, d'Andy et Lana  Wachowski et Tom Tykwer. Dans ce film, Tom Hanks, Halle Berry, Hugh Grant, Susan Sarandon et une dizaine d'autres acteurs interprètent plusieurs rôles et évoluent à des époques différentes, dans des univers différents.

Si cette pratique est très courante au théâtre, et ce depuis plusieurs siècle, elle existe aussi, mais de façon beaucoup moins fréquente, au cinéma, l'occasion de se rappeler des films où un acteur a interprété plusieurs rôles (autres que le même personnage à différents ages) :



Héritier lointain de la maison ducale d'Ascoyne-Chalfont, Louis Mazzini élimine un par un les prétendants qui le séparent du titre, avant de finalement tuer le duc lui-même. Le soir où il reçoit enfin le titre de duc, un policier vient l'arrêter pour un meurtre qu'il n'a pas commis...

Ce petit bijou d'humour noir britannique propose deux performances. La plus connue est celle d'Alec Guinness, qui interprète successivement huit personnages (les membres d'une même famille) dont une femme. Moins connue est la performance du comédien Dennis Price, qui interprète Louis Mazzini et son père.




Le professeur Sherman Klump, instituteur timide et obèse, tombe amoureux d'une femme. Complexé par son poids, il invente un sérum qui va le rendre mince, athlétique et sexy.

Autre film où un acteur incarne une famille à lui tout seul. Véritable tour de force technique et performance pour Eddie Murphy, alors en perte de vitesse, qui interprète pas moins de six personnages, dont deux femmes et un blanc. Une suite sortira quatre ans plus tard, La famille Foldingue, toujours avec Eddie Murphy dans les multiples rôles.




Alfred Borden et Robert Angier, deux magiciens anglais durant l'ère victorienne, se livrent une rivalité, tant professionnelle que personnelle, rivalité qui aura des conséquences tragiques.

Christian Bale interprète ici un homme et son frère jumeaux. La gémellité est présentée dans un twist final, mais au second visionnage, on se rend compte de la subtilité du jeu de Christian Bale, qui arrive, simplement avec un regard, ou une intonation de la voix, à signifier lequel des jumeaux est sous nos yeux.



Le scénariste Charlie Kaufman se voit confier l'adaptation du roman Le voleur d'orchidées, écrit par la journaliste Susan Orlean, mais peine à écrire. A l'inverse, son frère jumeau, Donald Kaufman est un scénariste à succès. Charlie va se perdre dans la meilleur façon d'adapter le roman.

Nicolas Cage interprète lui aussi des jumeaux. Moins talentueux que Christian Bale, il arrive tout de même à faire vivre ses personnages, et leurs angoisses.




Alors qu'il est encore étudiant à Harvard, Mark Zuckerberg crée le réseau social Facebook, qui quelques années plus tard révolutionnera la façon de communiquer des gens. Mais trois autres étudiants lui font un procès. Le motif : Mark Zuckerberg est accusé de leurs avoir volé l'idée du réseau social.

Armie Hammer s'essaye lui aussi à l'interprétation de jumeaux, ici, les rôles de Cameron et Tyler Winklevoss, qui ont toujours clamé la paternité de Facebook. Malheureusement, Armie Hammer est moins talentueux qu'un Christian Bale ou un Nicolas Cage. Si on distingue les deux personnages, c'est uniquement grâce à la finesse du scénario d'Aaron Sorkin.


Doug Keaney est un homme avec une vie professionnelle tellement chargée qu'il n'a plus de temps à consacrer à sa famille. Un jour, il fait la rencontre d'un savant qui affirme pouvoir cloner des êtres humains. Il décide de se cloner, pouvant ainsi profiter de sa famille pendant que ses clones travaillent.

Michael Keaton, dont le talent n'est plus à prouver, interprète son personnage dans quatre versions, les clones ayant la particularité d'être de plus en plus stupide à chaque clonage. C'est tellement bien joué qu'on n'est jamais perdu entre les différents clones.


Sam Bell est l'unique employé d'une firme d'exploitation minière sur la lune. Alors que son contrat de trois ans arrive à son terme, Sam a un accident qui le plonge dans le coma. A son réveil, il se rend compte que quelque chose ne tourne pas rond.

Sorti discrètement directement en dvd en France, ce véritable chef d’œuvre de science fiction offre au très sous estimé et très sous employé Sam Rockwell l'occasion d'incarner trois versions de son personnage, trois clones à des stades différents de conscience.



Tommy Creo, chercheur en cancérologie, apprend que sa femme est atteinte d'un cancer. Alors qu'il se lance dans une course contre la montre pour trouver un remède, celle-ci commence à écrire un roman situé durant les colonisations espagnoles. Ce roman va aider Tommy a accepter la mort, qu'il considère comme une maladie.

Hugh Jackman et Rachel Weisz interprètent, selon les interprétations du film, plusieurs personnages, ou le même personnage dans différentes versions. Le film mêle trois trames narratives, qui peuvent être soit trois histoires différentes, soit trois histoires relatant l'évolution et l'éveil spirituel des héros.



En pleine guerre froide, le général américain Jack D. Ripper, en plein délire paranoïaque, décide d’envoyer ses B-52 frapper l’URSS. Le président des États-Unis commande une réunion d'urgence dans la salle souterraine de commandement stratégique pour tenter d'éviter une guerre nucléaire.

Pour ce film, Peter Sellers excelle dans trois rôles : le colonel anglais Lionel Mandrake, le président américain Merkin Muffley et le docteur Folamour, scientifique nazi réfugié aux USA et nostalgique du 3eme Reich. Initialement, Peter Sellers devait jouer un quatrième personnage, le commandant T.J. King Kong qui pilote le B-52 et fini chevauchant l'ogive nucléaire, mais une blessure à la cheville l'en a empêché. Selon Stanley Kubrick, il s'agissait de quatre rôles nécessitant un grand talent comique que seul détenait Peter Sellers.



Les frères Gecko sont en cavale suite à un braquage et une prise d'otages. Ils trouvent refuge au Mexique, dans un bar à la population étrange.

Autre film ou un acteur incarne trois personnages qui n'ont rien à voir entre eux. Cheech Marin, un habitué des films de Robert Rodriguez, tient les trois rôles : un douanier, Chet Pussy, et le gangster mexicain Carlos.



Dans le sud des Etats-Unis, quatre ans avant la guerre de sécession, un chasseur de primes libère un esclave pour l'aider à retrouver trois frères recherchés morts ou vifs. En retour, il promet à l'esclave de l'aider à retrouver sa femme, vendue comme "femme de réconfort" à un terrible propriétaire terrien qui organise des combats d'esclaves.

Peut être à cause des changements d'acteurs successifs, James Remar obtient deux rôles : celui du vendeur d'esclaves Ace Speck et de l'homme de main Butch Pooch, deux hommes du sud, deux esclavagistes.



Un petit garçon commence à douter de l’existence du père noël. Un soir, il embarque dans un train à destination du pôle nord. Le voyage changera sa vie.

Premier film en performance capture, où Tom Hanks (déjà) prête ses expressions à pas moins de six personnages, dont le jeune héros. Si la technologie a déjà vieilli, la performance est bien là.



Ofelia vit en Espagne, pendant la guerre, sous la dictature de Franco. Pour échapper à l'horreur quotidienne de la guerre, Ophelia s'invente un conte de fée dont elle est l'héroïne.

Bien que maquillé des pieds à la tête, Doug Jones, grand habitué des films de Guillermo Del Toro (et du cinéma fantastique), interprète deux rôles :  le faune et l'homme pale, et joue vraiment les personnages comme s'ils existaient. Le résultat est bien là.





Hellboy revient dans cette suite et part à la recherche des légions d'or, armée invincible, qu'il rêve de retrouver depuis son enfance.

Doug Jones, encore, incarne ici trois personnages : Abe Sapien, le grand chambellan et l'Ange de la Mort. A nouveau, il livre de vraies interprétations sous ses costumes et maquillages.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire