Le recyclage dans l'art



Au cours d'une carrière, un artiste, qu'il soit monteur, infographiste, réalisateur, musicien ou dramaturge, sera toujours confronté au refus. Pour une raison ou une autre, son travail ne sera pas retenu, et l'artiste devra ravaler sa fierté, se retrousser les manches et se remettre au travail afin de produire quelque chose de neuf.

Aussi, plus les années passent et plus il accumule les projets rejetés.

Amis artistes, n'en soyez pas amers pour autant. Il y a plusieurs choses importantes à apprendre, la principale étant de ne JAMAIS tomber amoureux de son travail.

Par exemple, voici un générique de début (non fini) que j'avais conçu pour la web série Comique Boulevard. Comme vous vous en doutez, ce générique a été rejeté. Il n'est pas mauvais en soi, il n'était simplement pas assez bon pour le réalisateur.


Au lieu de le jeter, j'aurai pu le garder et le transformer pour un prochain projet. Là, j'ai choisi de le partager avec vous. Il peut me servir de demo pour une agence. Il peut servir à exposer une idée lors d'une réunion. Allez savoir.

Au revoir 2017



2017 s'achève, et il est l'heure de faire un bilan de cette année qui m'aura bien surpris, cinématographiquement, et plus généralement artistiquement parlant.

Par où commencer? 2017 fut riche en rencontres, en coups de cœur et en projets.

Tout d'abord, en début d'année il y a eu la websérie Comique Boulevard, initié par Franck Hkey. J'ai travaillé sur quelques épisodes en 2016, pour une sortie début 2017. La websérie a été très bien reçue. Sur Facebook comme sur Youtube, le compteur de vues a explosé. Pour l'instant, la websérie stagne, mais je vous informerai de la suite prochainement.

Toujours sur le web, il y a la websérie Seltsam, pour laquelle ma contribution fut plus modeste, mais j'en suis tout de même fier. Éventuellement pour la troisième saison, je pourrai m'impliquer plus, si mon agenda me le permet. Wait and see...

Passons au théâtre.

On commence par la pièce Requiem, de Michelle Cajolet-Couture, véritable laboratoire de théâtre. Je connaissais déjà la moitié de la distribution avant, pour avoir déjà travaillé avec elle. Là, j'ai rencontré d'autres comédiens, et j'ai vu ceux que je connaissais dans un autre cadre.

Starship trooper attacker



Voici le dernier né de mes projets persos : l'attacker du film Starship Trooper (1997).

A partir du blueprint trouvé sur le net, ainsi que de quelques photos venant de l'atelier des maquettistes, j'ai modélisé et texturé le vaisseau. Le projet a été réalisé avec cinema 4D, BodyPaint, Photoshop, Corona Renderer et After Effects.


Le résultat est là. en me lançant dedans, j'ai appris de nouvelles méthodes de modélisation. De toute façon, c'est en pratiquant qu'on gagne en expérience. Donc, il ne faut surtout pas hésiter.



Le projet est texturé avec Bodypaint. Mais je crois que c'est le dernier projet où j'utilise ce soft. J'ai découvert Substance Painter entretemps, et je crois que je vais délaisser BP pour SP. Il est plus pratique, et plus rapide.

Justice League made in Miller



Cette semaine marque la sortie en salle de Justice League, premier film live des super héros DC, et nouvel épisode du DC Cinema Univers. Après avoir explorer une version abandonnée de Wonder Woman, voyons voir ici ce qu'aurait donné le film s'il avait été réalisé par Geroge Miller (la série des Mad Max) comme c'était prévu à l'origine.

Car à l'automne 2007, George Miller avait effectivement commencé à plancher sur les aventures de la Ligue des Justiciers pour Warner.

Justice League : Mortal (tel était le titre) avait atteint un stade avancé de production. Le casting était bouclé. On aurait eu Armie Hammer en batman, D.J. Cotrona en Superman, Adam Brody en The Flash, Common en Green Lantern, Teresa Palmer en Talia Al-Ghul, et Jay Baruchel en méchant Maxwell Lord.

Le casting de Justice League : Mortal

Adobe Max 2017



Lors de sa conférence Adobe Max 2017 (du 15 au 17 octobre 2017), Adobe a fait son habituelle présentation des nouveautés du Creative Cloud.

Mais ce qui nous intéresse surtout, c'est sa présentation des nouveaux outils à venir. On ne sait pas encore s'ils seront développés et finalisés, mais en tout cas ils sont prometteurs et mettent l'eau à la bouche.

Voici une petite présentation :

#ProjectCloak
Un équivalent de l'outil Tampon de Photoshop, mais pour la vidéo.



L'histoire à tous les niveaux



Bonjour à tous.

Le coup de gueule du jour concerne les nouveaux films faits sans aucun savoir faire, que ce soit au niveau de l'écriture, de la réalisation ou du montage.

Aujourd'hui, je voudrais vous parler d'une petite histoire qui m'est arrivée récemment. C'était un jour où je n'avais pas la forme. Donc, comme beaucoup, je me suis mis devant la télé, histoire de me vider la tête.

J'ai lancé Netflix, et choisi un film au hasard, sans réfléchir.

Et bien, sans le vouloir, j'ai eu à réfléchir.

J'ai commencé par Priest, film de SF de Scott Stewart sorti en 2011.

Au bout d'un quart d'heure, j'ai arrêté le film, tellement je l'ai trouvé mauvais (et pourtant, je suis très bon public). Ce que j'attends d'un film, c'est qu'il raconte une histoire avec un enjeu bien défini, et avec des personnages dont on comprend bien la personnalité. Peu importe le genre, peu importe que ce soit original ou stéréotypé. Mais il faut au minimum que ce soit lisible.

Là, j'avais l'impression d'avoir affaire à un film qui misait tout sur les effets de style (mise en scène et montage). On a une pauvre voix off pour expliquer le contexte. Et ensuite... Rien ! La caméra s'agite dans tous les sens, le montage enchaine les plans sans logique, sans raison... seul le rythme compte, les personnages sont inexistants, l'histoire incompréhensible, les dialogues ne sont même pas informatifs... Bref, ce film est une vraie cata.

Animer des motifs géométriques



Bonjour à tous.

Aujourd'hui, je vous propose un tutoriel After Effects (ça faisait longtemps), et celui-ci, c'est du lourd!

On va voir ensemble l'animation de motifs géométrique, comme dans l'exemple qui suit :



Pendant un peu plus de deux heures, nous allons voir comment créer des motifs directement dans After Effects, en utilisant les effets fournis dans le logiciel. Puis, nous verrons comment les animer et comment obtenir des variantes dans les animations.

Au fur et à mesure de la progression, la complexité des exercices augmentera. et vous aurez ainsi un bon aperçu des possibilités offerts par AE pour ce genre de création.